mardi 18 octobre 2011

#74





envie de me remettre un peu à la photo. de les croquer via l'objectif. peut-être pour me distancier un peu du bruit et de l'agitation occasionnés par le nombre et les personnalités. pour les regarder mieux que ce que ce dont je suis capable en ce moment, avec mon oeil au naturel.
des envies, il y en a à la pelle, comme les feuilles sur les trottoirs. on ne peut pas toujours sauter dedans à pieds joints parce que c'est vraiment trop tentant, et que ça craque sous la botte et que c'est un bruit délicieux.
mon corps depuis des semaines me dit "coucou je suis là t'en fais un peu trop je ne vais pas tenir longtemps d'ailleurs tiens je laisse rentrer une petite gastro / une petite angine / un coup de mou tu seras bien obligée de te poser trois secondes". je crois qu'il va falloir y aller doucement si je veux tenir le cap. respecter mon besoin de sommeil. c'est rageant d'être toujours confronté à ce corps qui limite.
et puis changer ce regard. les enfants ont tendance à être toujours dans la case "contraintes". trouver du plaisir à être avec eux, faire des choses avec eux, sans penser toujours dans un petit coin que s'ils étaient ailleurs, je pourrais faire telle ou telle chose... ça fait mauvaise mère d'écrire ça hein? il y a en tout cas de la culpabilité à le penser... mais soyons lucide... il n'y a qu'en voyant les choses telles qu'elles sont qu'on peut les changer...

17 commentaires:

Sarah a dit…

C'est humain, je pense aussi parfois la même chose, et je n'en ai que deux... Mais la culpabilité, elle est bien là...

sab a dit…

il n'y a pas de mal à extraire ce que tu penses vis à vis des enfants. Nous sommes toutes pareil ! qu'on me lance la pierre si comme toi je ne pense pas la même chose. Parfois on a envie de recul, de repos intensif, de liberté, les enfants sont des petites billes qu'il faut diriger tout le temps. Pas facile. Ce corps qui te crie "help" est un appel au "stop" relaye un peu les tâches et bon courage. Désolée d'avoir été si longue sur ce com.

sab a dit…

j'oubliais, le blog sert à ça !!! "évacuer" même si les choses ne sont pas toujours comprises pour quelques uns(es).

C. a dit…

Non, ca ne fait pas mauvaise mère!
Et qu'on jette la première Pierre a celle qui n'a jamais un jour pense cela...
Parfois on est fatiguées, le corps tire le signal d' 'alarme, et il faut malgré la culpabilité arriver a prendre un peu de recul pour mieux revenir vers eux, reposée et apaisée.

céc' a dit…

Je crois qu'en étant si honnête avec toi même tu nous aides à l'être aussi... et puis c'est dire "je n'en peux plus" ou "je n'en veux plus" qui permet de dire "mais pourtant j'en veux encore" et "j'aime ça", aussi... La réalité des sentiments n'est jamais ni toute noire ni toute blanche, hein?
Allez je te souhaite des jours moins gris et un corps plein de bonne énergie...

l'Ange Mimosa a dit…

"mauvaise mère", ça n'est pas possible, une mère fatiguée, oui ! Et trouver des tout petits plaisirs peut aider beaucoup, même s'ils ne durent pas longtemps... Du repos fait des miracles...

O. a dit…

C'est drôle les coïncidences: plusieurs jours de journées non-stop, avec grosse fatigue le lendemain; j'oscille entre les deux, un éternel recommencement...Je dois alors m'obliger à me poser. Solution: je me suis offert "mon cours de crochet" chez marabout, ca m'oblige à souffler, à faire quelques mailles, immobile et finalement satisfaite!! Bonne journée à toi, zen et joyeuse

lolabelle a dit…

je passe souvent, ne laisse pas forcément de comm et là juste un mot pour dire que ces questions concernent bcp de mamans at home, que souvent on cherche l'équilibre entre "trop" et "pas assez" avec eux et que le "trop" s'estompe un peu quand on peut souffler, avoir des activités à l'extérieur mais là, rien de nouveau sous le soleil, me semble que vous vous y employez déjà ;-)

pour ma part, l'année dernière j'étais at home, tjs surbookée, comme vous rageant parfois qu'elle soit dans mes jambes et m'empêche d'avancer et ce corps me rappelant sans cesse son existance..., et puis cette année je suis bcp - là, finies les sorties d'école, finis les mercredi alors du coup je savoure quand, comme aujourd'hui, on est toutes les 2 et nous ménage un max de moments comme ceux là!

verdict très perso: je me porte quand même mieux quand je ne suis pas 100% at home, la culpabilité perpétuelle s'estompe et puis l'homme aide +)....

voilà, juste un petit comm de rien du tout pour dire qu'on culpabilise toutes de telles pensées et que vous n'êtes pas la mauvaise mère que vous imaginez parfois!

glumuke a dit…

Tiens, tiens, même commentaire que chez Agathe, (keep moveing): "La vraie sagesse de la vie consiste à voir l'extraordinaire dans l'ordinaire." Pearl Buck!

belliflora a dit…

tu as trouvé les mots justes encore une fois !
Quand je m'énerve car elle chigne dans mes pattes, je me calme et me dis: comment puis-je la faire participer à ce que je fais ? Ca va mieux...
Mais il est vrai que les enfants sont une contrainte on ne va pas se le cacher. Une contrainte et un cadeau...

la fille de la plage a dit…

exact !!
il n'y a quand voyant les choses telles qu elles sont qu'on peut les changer.

et pas en les planquant sous les feuilles craquantes.

on n'est des mauvaises meres, comme nos meres l'ont ete et les meres de nos meres, que des generations de mauvais qui se succedent,
MAIS
la force finalement ce n'est pas de foirer, ou de reussir.
c'est l'humilite,
c'est meme tres rassurant pour nos enfants de savoir qu'on est pas successful, attentive, presente, patiente, tout le temps, [ m'enfin ca ils osnt au courant, mais le reconnaitre a haute voix devant eux, leur dire, votre mere est nulle today, elle est crevee ]
mais que par contre, on fait vraiment de notre mieux. un peu ce qu'on leur demande d'ailleurs ;)

Prune a dit…

oulala, je me retrouve tellement dans ce que tu écris sur ta façon de voir tes enfants... souvent je me déprime toute seule dans mon coin en me disant que je suis mauvaise mère, que je ne passe pas assez de bon temps avec eux, que je suis trop dans l'organisation et pas dans le plaisir, que je gère mais j'aimerai tellement le faire moins.... (mais famille nombreuse = quelques contraintes qu'on ne peut pas effacer... )et être heureuse qu'ils soient tous là à priori heureux malgré -comme tu le dis aussi très bien- toutes ces personnalités très différentes à comprendre et à aimer...

Elsa a dit…

Je me retrouve aussi dans votre commentaire, mais... c'est précisément pour cette raison que je n'ai eu que deux enfants, malgré une forte envie d'en avoir plus.
Depuis je me débats autour de ce doute et m'interroge sur l'opportunité de ce choix. Ai-je bien fait ou non?
Puisque vous avez fait un choix radicalement différent, j'essaie d'imaginer, de transposer. Et je m'interroge sur la manière dont vous répondriez à la question qui me taraude : comment est-il possible d'enfanter dès lors qu'on pense à "tout ce que je pourrais faire sans eux..."?

le cabinet gris a dit…

elsa> il est possible d'enfanter tout en pensant à ce qu'on pourrait faire sans parce que nous(je) sommes(suis) des êtres avec tout plein de paradoxes, et de contradictions. parce qu'on ne se voit pas sans eux dans notre vie, mais parfois sans eux dans le quotidien. je crois que c'est vrai qu'on en est 1, 2 ou 10.c'est sans doute avant tout une question d'équilibre, mais parfois on l'oublie...

le cabinet gris a dit…

c'était pas clair ma réponse j'ai l'impression...
juste pour dire : quelle mère n'a pas rêvé de redevenir célibataire sans enfants? et l'instant d'après senti son coeur se serrer en pensant à sa vie sans ses enfants? le problème c'est quand on est que dans l'un ou l'autre. savoir exister en tant que personne tout en faisant partie du groupe...
(ok, c'est pas forcément plus clair, désolée...)

joanneh a dit…

Comme c'est sain et honnête.... Plaisir de te lire et de partager tes impressions... Bises et remets toi bien.

Flo de BXL a dit…

Je crois que c'est Winicott, un célèbre pédiatre (je crois), qui a dit qu'il faut juste être une "assez bonne mère". L'"assez bonne mère" est celle qui peut se permettre de temps en temps de haïr ses enfants sans passer à l'acte.
Bon, c'est un peu fort peut-être, mais on a tous ces envies de liberté, d'insouciance, de jeunesse... qui nous prennent parfois, souvent... Et ces sentiments de culpabilité qui nous assaillent aussi. Ca me fait du bien de lire ton commentaire parce que, quand je lis tes autres posts, tu sembles si bien tout faire. Je ne te connaîtrais pas, tu m'intimiderais beaucoup. Ta vie a l'air tellement parfaite, tu sembles si bien tout gérer... en tous cas bravo, tu mets de la poésie dans tout, tu crées des moments d'exception... et tu as un regard super positif sur les choses. Tes enfants, et X ont immensément de chance de t'avoir !!! (Mais bon, heureusement, je te connais, et je connais ton esprit rock and roll aussi !!)

Là, c'est les vacances. On est ensemble pour 15 jours. Dans un gîte en Ardennes. C'est super ! Mais il y a des moments où je rêve d'un retour à l'école et à la crèche ;-) Et au boulot pour moi, que je puisse un peu me reposer ;-))

Je t'embrasse !
Flo